Fin de saison le 8 juin : Dirty Dancing !

Il faut revoir Dirty Dancing !

Monument de la culture pop des années 1980, Dirty Dancing raconte l’été d’une jeune femme de bonne famille, Frances, initiée à des danses “lascives” dans une pension de vacances dans les années 1960. Longtemps cantonné à une simple comédie romantique, ce film culte a connu un regain d’intérêt après Me Too, comme film moderne et féministe. Rapports de classe et rapports de genre dans les pratiques corporelles, sexualité et désir féminin y sont abordés, incontestablement, derrière la romance et les chorégraphies. Progressiste, Dirty Dancing ?

Projection et débat le 8 juin 2023 à partir de 20h00, en partenariat avec Récréasciences, à l’Irrésistible fraternité, 8 rue Charles Gide, Limoges.

Réservation conseillée : https://my.weezevent.com/dirty-dancing

Nouvelle saison !

2Point·e médiane saison

Point·e médian·e ouvre sa nouvelle saison, avec une affiche signée par Marie Boiseau !

8 décembre 2022, 17h30. Projection-rencontre avec Ovidie autour de la série Des gens bien ordinaires (2022) (Faculté des Lettres et des sciences humaines, amphi 3) de Limoges.

26 janvier 2023, 14-16h. Rencontre avec Rokhaya Diallo (Faculté des Lettres et sciences humaines, salle des Actes, Limoges)

27 janvier 2023, à partir de 19h00. Rencontre avec Mathilde Larrère, autour du livre Guns and Roses. Les objets des luttes féministes (Librairie Page et Plume, Limoges)

1er février 2023, 14-16h. Séminaire, séance #1. Aurélie Petiot (Paris X), discutée par Pauline Lafille (CRIHAM, Limoges), “le queer et le genre dans l’art préraphaélite et les arts décoratifs anglais”

6 mars 2023, 12h30-14h. Atelier débat animé par Ovidie : “Cybersexisme et cyberviolences” (Faculté des Lettres et sciences humaines, amphi Vareille, Limoges).

7 mars 2023, 19h, à la librairie Page et Plume, rencontre avec le dramaturge Gurshad Shaheman, animée par Chloé Conant-Ouaked

20 mars 2023, 13h-14h30. Dans le cadre des Zébrures de Printemps, atelier avec les sans pagEs, “Editathon : Féminisons Wikipédia” (Faculté des Lettres et sciences humaines, salle des Actes, Limoges).

Rencontre avec Natacha Rault et Antoine Rochette, membres du collectif des Sans PagEs, inspiré du projet anglophone Women in red (le nom anglais vient du fait que les hyper-liens rouges sur Wikipedia signalent l’absence de page dédiée à la personne concernée). Les femmes ayant moins de chances d’avoir une page Wikipedia que les hommes, le collectif est là pour tenter d’y remédier, créant et améliorant les pages qui leur sont consacrées.
Dans le cadre du festival des Zébrures de Printemps, les Sans PagEs organisent la Quinzaine des autrices francophones, dédiée à la création et l’amélioration de leur page.

Pendant la rencontre, nous retracerons l’histoire du collectif, nous réfléchirons aux questions de genre et de visibilité via Wikipedia, nous évoquerons des exemples d’autrices francophones et nous discuterons du débat sur l’écriture inclusive qui anime la communauté des contributeur/rice·s.

6 avril 2023, 16h-18h. Rencontre avec Dorothée Lachaud (Faculté des Lettres et sciences humaines, D005, Limoges).

Dorothée Lachaud est scénariste des séries Les Sept vies de Léa (Netflix) et Patience mon amour (Arte), et membre du collectif La Mafia Princesse, des autrices et scénaristes « réunies autour du même désir d’écrire des trajectoires de femmes qui n’ont pas encore été racontées ». La première série adapte le roman fantastique young adult Les Sept vies de Léo, en passant d’un héros masculin à une héroïne féminine. La seconde raconte d’une manière réaliste quasi-documentaire l’expérience d’un couple de lesbiennes essayant d’avoir un enfant en France.
À la suite d’une projection partielle des pilotes des deux séries (pendant une demi-heure environ), nous discuterons avec Dorothée Lachaud de ces deux trajectoires de femmes, de sa propre trajectoire d’autrice, de sa façon de (re)voir le male gaze et d’autres choses encore.
Patience mon amour est disponible ici et encensé par Têtu et Télérama.

27 avril, 14-16h (sous réserve). Séminaire doctoral, animé par Flavie Falais.

Sofiane Estrade, « Un Garçon près de la Rivière : genre et sexualité comme performance théâtrale »

Vincent Quindos, « Libre pensée et dissidence au XVIIe siècle : quid des questions de genre ? »Amandine Lacaze, « Les personnages féminins de Diderot

11 mai 2023, 14-16h. Séminaire, séance #2. Philippe Collin (EHIC), Lissel Quiroz (Cergy Paris U), “Le genre et la question décoloniale” (Faculté des Lettres et sciences humaines, Limoges). SÉANCE ANNULÉE

[16/03/22] Mickaël Studnicki, “La caricature homophobe, arme de combat du camp nationaliste

Séminaire EHIC x Point·e médiane, 16.03.22, 10h30-12h00, salle des Actes, Faculté des Lettres et des Sciences humaines.

Employée dès les années 1930 pour féminiser le personnel républicain et attaquer ses adversaires politiques de gauche, la caricature homophobe devient à partir des années 1980 une arme employée par le camp nationaliste pour dénoncer la normalisation de l’homosexualité et combattre l’extension des droits en faveur des gays et des lesbiennes. L’apparition de l’épidémie de sida, l’augmentation de la visibilité homosexuelle et l’évolution de la législation concernant les homosexualités (dépénalisation, pacs, mariage pour tous, homoparentalité) sont interprétés comme autant de périls qu’il convient de combattre par les discours, les manifestations mais aussi les caricatures. Instrument politique basé sur les stéréotypes de genre et les amalgames injurieux, ces dernières représentent tour à tour les homosexuels comme de dangereux malades irresponsables, des lobbyistes aux revendications grotesques et des individus à la sexualité anormalement normalisée.

Bibliographie

Mickaël Studnicki, Émergence des hérauts du masculinisme à la télévision. Soral, Zemmour et le discours contre la « féminisation de la société » (2000-2020), Le Temps des Médias, 2021/1, p.156-171.

Florence Tamagne, “Caricatures homophobes et stéréotypes de genre en France et en Allemagne : la presse satirique, de 1900 au milieu des années 1930”, Le Temps des Médias, 2003/1, p.42-53.

Matériaux

http://dessinsdechard.free.fr/html/dessins.htm

 

 

[16/02/22] Vivien Bessières, «Les manuels d’écriture au féminin – une prescription différente ?»

Séminaire EHIC x Point·e médiane, 16.02.22, salle des Actes, Faculté des Lettres et des Sciences humaines

À tort ou à raison, les manuels d’écriture sont le vilain petit canard des études de lettres. On en trouve peu dans les bibliothèques universitaires françaises, d’autant qu’ils sont souvent consacrés à des genres ou arts dits populaires. Beaucoup d’entre eux sacrifient à un formatage simpliste, mais une minorité permet de reconsidérer autrement la pratique et la théorie de la littérature, minorité surtout composée de personnes qui écrivent elles-mêmes plutôt que d’éditeurs ou de script doctors – et d’écrivantes plutôt que d’écrivants. Il s’agirait alors d’envisager ce que font ces manuels d’écrivantes à la prescription littéraire, en prenant soin d’éviter l’essentialisme (tous les manuels écrits par des femmes ne proposent pas la même ligne de conduite, non plus que tous les manuels écrits par des hommes). 

Dans ce cadre, la notion de prescription (médicale ou littéraire) pourrait être abordée comme le négatif de celle de care telle qu’élaborée par Carol Gilligan dans Une voix différente. Si la Poétique d’Aristote était à la fois descriptive et prescriptive, la modernité a scindé le genre en deux, réservant la description au champ universitaire et la prescription aux manuels (même si la description académique prescrit elle aussi, consciemment ou non). Mais parmi l’ensemble des manuels, cette prescription elle-même semble scindée entre deux tendances, dont l’une serait représentée par les règles, et les « hommes de lois » qui les édictent ou les enfreignent, et l’autre par ces manuels au féminin, prescrivant d’une « voix différente ».

Dans les manuels consacrés au policier, par exemple, on repère une tension entre un pôle masculin légaliste (partisans du roman à énigmes) ou anti-légaliste (partisans du roman noir) et un pôle féminin qui s’occupe moins de règles que de témoignages, d’expériences, de conseils, d’exercices, où s’efface la voix d’autrice au profit de la pratique de l’apprentie-écrivante (dans le Plotting and Writing Suspense Fiction de Patricia Highsmith, notamment). 

En science-fiction, Ursula Le Guin, dans son essai The Carrier Bag Theory of Fiction comme dans son manuel proprement dit, Steering the Craft, propose une autre façon d’écrire, inspirée de la paléontologie féministe, où le grand récit de la chasse à la lance comme accession à l’humanité, décliné ensuite dans l’héroïsme épique, est révisé par le récit minoritaire de la cueillette à la besace, permettant in fine une fiction plus polyphonique, chorale, où le care peut s’exprimer plus librement.Généralement, les manuels au féminin, en héritiers d’A Room of One’s Own de Virginia Woolf, consacrent plus de temps et d’espace (de pages) à la question même de l’emploi de ces temps et espace dédiés à l’écriture, afin de les arracher à un patriarcat qui a tendance à les réduire comme peau de chagrin.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search